Prince

LA FAMILLE PRINCE (LEPRINCE)

L’ancêtre acadien de cette famille, dont la presque totalité de la descendance se retrouve aujourd’hui au Québec, est un dénommé JACQUES (JEAN-JACQUES) LEPRINCE (PRINCE), qui arrive en Acadie un peu plus tard que la plupart des fondateurs. Bien qu’il ait élu domicile à Port-Royal, l’ancêtre de la famille Prince ne tardera pas à s’établir dans les environs de Grand-Pré avec son épouse, dont la parenté est déjà installée plus à l’est de la Baie française.

 

Les Prince seront, pour la plupart épargnés par la déportation, c’est-à-dire qu’ils parviendront à se cacher puis à gagner le Québec. Ces Prince réfugiés iront s’établir dans la région de Bécancour-Nicolet et les générations à venir seront au nombre des premiers colonisateurs de la région aujourd’hui appelée les Bois-Francs. Cependant, les enfants d’ANTOINE à JACQUES PRINCE seront au nombre des déportés qui aboutiront en Pennsylvanie, au Maryland et en Virginie. Ceux qui sont expatriés en Virginie sont presque immédiatement déportés vers l’Angleterre. Finalement, certains parmi ces derniers se retrouveront en France. C’est le cas notamment de ANNE PRINCE qui, selon l’Église catholique, fait partie d’un groupe de 72 martyrs mis à mort en Bretagne durant la Révolution française.

 


 

ANCÊTRE ACADIEN DES PRINCE (LEPRINCE)

1.    JACQUES (JEAN-JACQUES) LE PRINCE (PRINCE), né vers 1646.

Il meurt à Pisiguit, entre 1692 et 1693.

Vers 1671, il épouse MARGUERITE HÉBERT,

née vers 1652, et fille d’Étienne Hébert et Marie Gaudet.

Elle meurt à Pisiguit en 1715.

 

Le couple aura six enfants, soit deux filles et quatre garçons.

 

  • 2.    ANNE, née vers 1678. Elle épouse ÉTIENNE RIVET, fils de Étienne Rivet et de Marie Comeau en 1708. Elle meurt au Maryland.
     
  • 3.    FRANÇOIS (jumeau), né vers 1680. En mai 1712, il épouse CATHERINE BENOIT, fille de Martin Benoit et de Marie Chaussegros. Il meurt en 1751.
     
  • 4.    ANTOINE (jumeau), né vers 1680. Le 23 mai 1712, il épouse ANNE TRAHAN, fille de Guillaume Trahan et de Jacqueline Benoit.
     
  • 5.    MARGUERITE, née vers 1681. Elle se marie une première fois en 1700 avec FRANÇOIS TILLARD. En 1734, elle se remarie avec JEAN HÉBERT, fils de Jean Hébert et de Marie-Anne Doucet.
     
  • 6.    ÉTIENNE, né vers 1688 dans la région des Mines.
     
  • 7.    JEAN, né vers 1692. Le 30 janvier 1715, il épouse JEANNE BLANCHARD, fille de Guillaume Blanchard et de Huguette Gougeon. Il meurt le 3 juillet 1752.

Anne Prince et sa fille Anastasie (Prince) LeBlanc

Martyres acadiennes

En 1965, le Révérend Père Clarence J. d’Entremont publiait l’article « Deux martyres acadiennes » dans les Cahiers de la Société historique acadienne. Il y rappellait l’histoire peu connue d’Anne Prince, fille d’Antoine LePrince et d’Anne Trahan, qui habitait Pisiguit au moment de la déportation. Cette petite-fille du premier ancêtre acadien des Prince épousa Sylvain LeBlanc, fils de Jean LeBlanc et de Jeanne Bourgeois.

 

La déportation entraîna Anne et sa fille Anastasie jusqu’en France, où elles furent exécutées à Brest, le 1er juillet 1794, sous le prétexte d’être « receleuses du prêtre LeClec’h ». Le généalogiste Stephen White précise que les registres indiquent qu’en 1755 les neuf enfants d’Antoine LePrince furent déportés de Pisiguit, en Nouvelle Écosse. Quatre d’entre eux se retrouvèrent en Pennsylvanie, un de ses fils, au Maryland, et deux autres fils ainsi que deux filles, dont Anne, en Virginie, puis en Angleterre.

 

En 1763, Tranquille LePrince, Marie LeBlanc, veuve de Cyprien LePrince, Anne LePrince, veuve de Sylvain LeBlanc, et Marguerite LePrince, épouse d’Alexis Trahan, furent tous rapatriés en France. Anne, sa fille Anastasie, ainsi que sa petite-nièce, Marie-Marthe Levron, élurent domicile à Morlaix, dans le Finistère.

 

Après la Révolution française, le clergé français devait jurer de respecter la Constitution civile du clergé, déclarant le clergé de France indépendant du Saint-Siège. L’abbé Augustin LeClec’h, alors en poste à Saint-Brieuc, refusa de prêter serment. Contraint de quitter sa paroisse pendant trois ans, il mena une vie d’errance et de misère, car les lois pénales émises contre les prêtres dits insermentés ne cessaient de se multiplier. Parmi celles-ci figurait la loi qui enjoignait à tout prêtre n’ayant pas signé le serment de sortir du royaume, sous peine de graves sanctions.

 

D’après D’Entremont, l’abbé LeClec’h, par l’entremise de sa sœur, également religieuse, trouva refuge chez l’Acadienne Anne Prince. Ce séjour fut de courte durée, car dès le lendemain, il fut arrêté ainsi qu’Anne Prince, sa fille et sa nièce. Le soir même, on procéda à la rédaction d’un procès-verbal. Le 23 juin 1794, les prisonniers furent emmenés à Brest pour comparaître devant le Tribunal révolutionnaire. À cette époque, l’acte d’accusation équivalait souvent à une condamnation. Ainsi, le procès s’ouvrit le matin du 1er juillet 1794 et, à midi, l’abbé LeClec’h, Anne Prince, veuve de Sylvain LeBlanc, et sa fille Anastasie LeBlanc montaient à l’échafaud. Quant à Marie-Marthe Levron, elle fut acquittée. Apparemment, les preuves étaient insuffisantes pour convaincre le tribunal qu’elle était complice du recel de l’abbé LeClec’h.

 

Ainsi, Anne Prince, fille d’Antoine à Jacques LePrince d’Acadie, mourut tragiquement sur la place publique. Son seul crime fut d’avoir voulu sauver un être humain. D’après les connaissances actuelles, Anne Prince et sa fille Anastasie sont les deux seules victimes de la déportation figurant parmi ceux et celles considérés comme des martyrs de la Révolution française.


 

Mgr Jean-Charles Prince

Le premier évêque acadien

L’historien Maurice Basque précise que la question de savoir si Mgr Jean-Charles Prince fut bien le premier dépend de notre définition de l’Acadie : soit elle se limite aux trois provinces de l’Atlantique, soit elle inclut la diaspora acadienne.

 

En effet, si l’on ne considère que les trois provinces de l’Atlantique, le premier évêque acadien est Mgr Édouard-Alfred LeBlanc, né à Saint-Bernard, en Nouvelle-Écosse et nommé à la tête du diocèse de Saint-Jean en 1912.

 

Si, par contre, l’on prend en compte la diaspora acadienne, ce titre revient à Mgr Jean-Charles Prince, un Acadien du Québec. Originaire de Saint-Grégoire de Nicolet, Jean-Charles Prince, fils de Jean Prince et de Rosalie Bourg, également de souche acadienne, est né en 1804.

 

Il n’y a que quatre générations entre lui et le premier Prince venu s’installer en Acadie. Fils de Jean à Jean à Antoine à François LePrince (Prince), son grand-père paternel, Jean LePrince, et son épouse, Osithe LeBlanc, furent déportés en Pennsylvanie. Son père, Jean LePrince et sa deuxième épouse, Marie Darois, vinrent s’installer dans la région de Bécancour vers 1767. Il est donc difficile d’imaginer que Mgr Jean-Charles Prince n’ait pas été au courant de ses origines acadiennes.

 

Mgr Prince fit ses études au collège de Nicolet et y enseigna également pendant plusieurs années. Il fut nommé directeur du Grand Séminaire Saint-Jacques en 1826, puis directeur du Séminaire de Saint-Hyacinthe en 1831. Mgr Prince est nommé évêque-coadjuteur du diocèse de Montréal, le 5 juillet 1844. En 1851, les évêques de la province ecclésiastique de Québec lui confièrent la mission de porter à Rome les décrets du premier concile de Québec. C’est lors de son séjour à Rome que le pape Pie IX créa, le 8 juin 1852, le nouveau diocèse de Saint-Hyacinthe et le nomma premier évêque.

 

Fondateur du diocèse de Saint-Hyacinthe, Mgr Prince avait pour but de développer l’éducation. Il œuvra à la fondation du Collège de Sainte-Marie-de-Monnoir et de l'Institut littéraire de Sherbrooke, destiné à l'enseignement des langues française, anglaise, grecque et latine. Il veilla également à l’amélioration des soins à apporter aux personnes âgées et malades, en soutenant les efforts des sœurs de la Charité établies à Saint-Hyacinthe à partir de 1840. Fait intéressant, et peu connu, Mgr Jean-Charles Prince enseigna le catéchisme, puis confirma un certain Alfred Bessette, soit nul autre que le frère André maintenant devenu saint André.


 

Patronymes

Notez que cette liste n'inclut pas tous les patronymes des grandes familles acadiennes, mais plutôt les plus fréquents. Pour plus de détails sur ces familles, visitez nos Liens.

A

  • Allain
  • Amirault dit Tourangeaur  (Mireault)
  • Arseneau
  • Aucoin

 

B

  • Babin
  • Babineau dit Deslauriers
  • Barillot
  • Basque
  • Bastarache dit (Le) Basque
  • Belliveau dit Bideau
  • Belliveau dit Blondin
  • Bergeron d'Amboise
  • Bergeron dit Nantes
  • Bernard
  • Bernard
  • Blanchard
  • Boucher
  • Boucher dit Desroches
  • Boudrot
  • Bourg
  • Bourgeois
  • Breau
  • Broussard
  • Brun
  • Bugeaud

 

C

  • Caissy dit Roger
  • Comeau
  • Cormier dit Rossignol
  • Cormier dit Thierry
  • Cyr

 

D

  • Daigre (Daigle)
  • Deveau dit Dauphiné
  • Doucet dit Laverdure
  • Doucet dit Mayard
  • Doucet dit Lirlandois
  • Dugas
  • Duplessis
  • Dupuis

 

F

  • Fontaine dit Beaulieu
  • Forest
  • Fougère

 

G

  • Gallant
  • Garceau dit Boutin
  • Garceau dit Richard
  • Garceau dit Tranchemontagne
  • Gareau
  • Gaudet
  • Gauterot
  • Gauthier dit Bellaire
  • Girouard
  • Godin dit Beauséjour
  • Godin dit Bellefeuille
  • Godin dit Bellefontaine
  • Godin dit Boisjoli
  • Godin dit Catalogne
  • Godin dit Châtillon
  • Godin dit Lincour
  • Godin dit Préville
  • Godin dit Valcour

 

H

  • Haché dit Gallant
  • Hébert dit Manuel
  • Henry dit Robert
  • Héon

 

J

  • Jeanson

 

L

  • Landry
  • Lanoue
  • Lapierre
  • La Pierre dit La Roche
  • Le Blanc
  • Le Blanc dit Jasmin
  • Léger dit La Rozette
  • Lejeune
  • Le Jeune dit Briard
  • Le Prince

 

M

  • Martin
  • Martin dit Barnabé
  • Mazerolle dit Saint-Louis
  • Melanson dit Laverdure
  • Melanson dit La Ramée
  • Migneau dit Aubin
  • Mius d'Azit
  • Mius d'Entremont de Plemarais
  • Mius d’Entremont de Pobomcoup
  • Morin dit Boucher

 

O

  • Orillon dit Champagne

 

P

  • Pellerin
  • Petitot dit Saint-Seine
  • Petitpas
  • Pitre dit Marc
  • Poirier
  • Préjean dit Le Breton

 

R

  • Raymond
  • Richard
  • Robichaud dit Cadet
  • Robichaud dit Niganne
  • Robichaud dit Prudent
  • Roy

 

S

  • Samson
  • Surette

 

T

  • Terriot
  • Thébeau
  • Thibault
  • Thibodeau
  • Trahan

 

V

  • Vigneau dit Maurice
  • Vincent dit Clément