Cormier

LA FAMILLE CORMIER

ROBERT CORMIER, l’ancêtre des Cormier de toute l’Amérique du Nord, était un maître charpentier de navire à La Rochelle avant de venir s’établir en Acadie. Selon les recherches du généalogiste Stephen White, ROBERT CORMIER, son épouse et un de ses fils décidèrent de monter à bord du bateau Le petit-Saint-Pierre en janvier 1644. Il serait ainsi parti avec les siens pour travailler au fort Saint-Pierre pendant une période de trois ans. Ce fort se trouvait sur l’île du Cap-Breton actuel. Sous les ordres du commandant du fort Saint-Pierre, un dénommé sieur Louis Tuffet, ROBERT CORMIER aurait été payé 120 livres par année pour son travail.

 

Le couple Cormier n’a eu que deux fils dont l’un, JEAN, est mort en bas âge. Ainsi donc, exceptionnellement, cette généalogie de la famille Cormier comprendra les membres de la famille de THOMAS CORMIER, l’unique fils de ROBERT CORMIER et de MARIE PÉRAUD.

 



1.    ROBERT CORMIER, né en France.
Vers 1635, il épouse MARIE PÉRAUD.


Le couple a seulement deux enfants, soit deux garçons.
 

  • 2.    THOMAS, né vers 1636. Vers 1668, il épouse MARIE-MADELEINE GIROUARD, la fille de François Girouard et de Jeanne Aucoin.
     
  • 3.    JEAN, né en juillet 1642, il décède en 1644 à l’âge de 20 mois.

2.   THOMAS, né vers 1636.

Vers 1668 il épouse MARIE-MADELEINE GIROUARD, la fille de François Girouard et de Jeanne Aucoin.

 

Le couple aura 10 enfants, dont 4 fils qui vont perpétuer la lignée des Cormier.

 

  • 4.    MARIE-MADELEINE, née vers 1670. Vers 1690, elle épouse MICHEL BOUDROT, fils de Michel Boudrot et Michelle Aucoin. Elle meurt en 1714.

 

  • 5.    FRANÇOIS, né vers 1672, dans la région de Beaubassin. Vers 1692, il épouse MARGUERITE LEBLANC, fille de Jacques LeBlanc et de Catherine Hébert. Il meurt en 1733.

 

  • 6.    ANNE, née vers 1674, dans la région de Beaubassin. Vers 1690, elle épouse MICHEL HACHÉ (LARCHÉ) dit GALLANT. Elle meurt à l’île Saint-Jean.

 

  • 7.    ALEXIS, né vers 1676, à Beaubassin. Il épouse MARIE LEBLANC, fille de Jacques LeBlanc et de Catherine Hébert en 1697.

 

  • 8.    GERMAIN, né vers 1680, à Beaubassin. Vers 1703, il épouse lui aussi une MARIE LEBLANC, mais cette dernière est la fille d’André LeBlanc et de Marie Dugas. Il meurt entre 1752 et 1755.

 

  • 9.    PIERRE, né vers 1682, à Beaubassin. Vers 1702, il épouse CATHERINE LEBLANC, fille de Jacques LeBlanc et de Catherine Hébert. Il meurt en juillet 1730.

 

  • 10.   CLAIRE, née vers 1684, dans la région de Beaubassin. En 1701, elle épouse PIERRE CYR, fils de Pierre Cyr et de Marie Bourgeois. Elle meurt en 1747.

 

  • 11.   MARIE (jumelle), née en 1686, à Beaubassin. Vers 1706, elle épouse JEAN-BAPTISTE POIRIER, fils de Michel Poirier et de Marie Boudrot. Elle meurt en 1748.

 

  • 12.   AGNÈS (jumelle), née en 1686, à Beaubassin. En 1705, elle épouse PIERRE POIRIER, fils de Michel Poirier et de Marie Boudrot. Elle meurt entre 1750 et 1751.

 

  • 13.   JEANNE, née vers 1688, à Beaubassin.

Ernest Cormier

Parmi les nombreuses personnalités marquantes d’origine acadienne du Québec, il importe de mentionner l’architecte Ernest Cormier (1885-1980).

 

Architecte connu et reconnu, il naît à Montréal en 1885. C’est le fils d’Isaïe à Urgel à Benjamin à François — le premier de la lignée des Cormier à s’installer au Québec dans la région de l’Assomption — à François à Germain à Thomas à Robert Cormier.

 

Ernest Cormier est un des plus grands architectes du Québec. Il obtient son diplôme d’ingénieur civil de l'École Polytechnique de Montréal en 1906. En 1909, il poursuit sa formation à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris. En Europe, il remporte de nombreux prix et revient à Montréal, en 1918, architecte diplômé par le gouvernement français (DPLG). Il s'intègre rapidement dans le milieu professionnel et fréquente un petit cercle d'artistes progressistes. De plus, ses origines sociales et sa formation exceptionnelle facilitent son accès aux commandes des institutions. Son association avec son aîné, Jean-Omer Marchand, à l'époque le seul autre DPLG du Canada, est la plus étroite, mais elle sera de courte durée.

 

En 1924, il devient architecte en chef de l’Université de Montréal. Ce projet d’envergure, dans lequel Cormier s’investira énormément, s’avérera sa plus grande réalisation architecturale.

 

Outre les bâtiments qu’il réalise sur le campus de l’Université de Montréal, l’œuvre architecturale de Cormier est encore très présente à Montréal et ailleurs. Pensons, entre autres, au Nouveau Palais de justice de Montréal (1925), créé en collaboration avec Louis-Auguste Amos et Charles Jewett. Ernest Cormier est aussi l’architecte de l'ancienne École des beaux-arts, l’actuel Pavillon des arts de l'UQAM, de l'église Sainte-Marguerite-Marie-Alacoque, à Montréal, de la Cour suprême du Canada, à Ottawa, et du Grand Séminaire de Québec.

 

Il ne faut pas oublier sa résidence, la Maison Ernest-Cormier, qu'il conçoit et fait construire entre 1930 et 1931, avenue des Pins, à Montréal. Cette demeure, classée monument historique par le gouvernement québécois en 1974, a été rachetée par l'ancien premier ministre canadien, Pierre Elliott Trudeau, dans les années 1980. En hommage à l’art et à la créativité d’Ernest Cormier, on a donné son nom à l’esplanade située en face du Centre canadien de l’architecture, à Montréal.


 

Paul Cormier

De Paul Cormier à Monsieur Pointu

Violoneux virtuose, reconnaissable à son chapeau melon, à son chandail à col roulé et à sa boutonnière ornée d’une fleur, Paul Cormier, dit Monsieur Pointu, naît dans le village des Escoumins, sur la côte Nord, le 10 mai 1922.

 

Fils de Joseph-Élie Cormier et de Marie-Jeanne Létourneau, il reçoit son premier instrument des mains de son père alors qu’il n’a que neuf ans.

 

Les registres paroissiaux des îles de la Madeleine indiquent que le grand-père paternel de Paul Cormier, Hippolyte dit Paul Cormier, se marie à Havre-aux-Maisons en 1877, avec une Acadienne du nom de Marie-Louise Poirier.

 

Ainsi, Monsieur Pointu fait partie de ces Acadiens madelinots qui ont essaimé dans tout le territoire québécois, peu après 1875. Ses ancêtres, tout comme, des siècles plus tard, ceux de Maurice Richard et de Gilles Vigneault, ont choisi pour refuge les îles de la Madeleine. Bien qu’une grande partie des descendants du formidable clan Cormier demeure encore sur ces îles enchanteresses, bon nombre d’entre eux, devant la rudesse de la vie insulaire de l’époque, les ont quittées afin d’assurer leur survie. L’exil mènera la famille de Monsieur Pointu vers la rive nord du Saint-Laurent.

 

Paul Cormier a eu une carrière exceptionnelle, tant à titre d’accompagnateur de Gilbert Bécaud, durant de nombreuses années, que de musicien. Il a composé plus de 30 pièces musicales (valses, reels, gigues, breakdowns, two-steps, etc.). En 1975, les cinéastes André Leduc et Bernard Longpré (ONF) ont réalisé un court-métrage d’animation, Monsieur Pointu, sur cet archétype du violoneux traditionnel. Ce court hommage fera partie de la sélection officielle des Oscars. En 1978-1979, Cormier anime une série de 39 émissions folkloriques à Télé-Métropole, Monsieur Pointu, s'il vous plaît. À partir de 1982, il se consacre à la peinture et présente plusieurs expositions. En 1988, il effectue une dernière tournée avec Bécaud, incluant un mois à l'Olympia de Paris. Il continue à se produire dans des galas et à la télévision jusqu'en 2005. En 2006, le gouvernement du Québec lui remet la Médaille de l'Assemblée nationale. Il meurt quelques semaines plus tard, le 8 juin 2006.

 

Paul à Joseph-Élie à Hippolyte à Isidore à Joseph à Nicolas à Pierre-Poncy à Germain à Germain à Thomas à Robert Cormier a promené avec succès sa grande silhouette toute de blanc vêtue sur toutes les routes du monde.


 

Patronymes

Notez que cette liste n'inclut pas tous les patronymes des grandes familles acadiennes, mais plutôt les plus fréquents. Pour plus de détails sur ces familles, visitez nos Liens.

A

  • Allain
  • Amirault dit Tourangeaur  (Mireault)
  • Arseneau
  • Aucoin

 

B

  • Babin
  • Babineau dit Deslauriers
  • Barillot
  • Basque
  • Bastarache dit (Le) Basque
  • Belliveau dit Bideau
  • Belliveau dit Blondin
  • Bergeron d'Amboise
  • Bergeron dit Nantes
  • Bernard
  • Bernard
  • Blanchard
  • Boucher
  • Boucher dit Desroches
  • Boudrot
  • Bourg
  • Bourgeois
  • Breau
  • Broussard
  • Brun
  • Bugeaud

 

C

  • Caissy dit Roger
  • Comeau
  • Cormier dit Rossignol
  • Cormier dit Thierry
  • Cyr

 

D

  • Daigre (Daigle)
  • Deveau dit Dauphiné
  • Doucet dit Laverdure
  • Doucet dit Mayard
  • Doucet dit Lirlandois
  • Dugas
  • Duplessis
  • Dupuis

 

F

  • Fontaine dit Beaulieu
  • Forest
  • Fougère

 

G

  • Gallant
  • Garceau dit Boutin
  • Garceau dit Richard
  • Garceau dit Tranchemontagne
  • Gareau
  • Gaudet
  • Gauterot
  • Gauthier dit Bellaire
  • Girouard
  • Godin dit Beauséjour
  • Godin dit Bellefeuille
  • Godin dit Bellefontaine
  • Godin dit Boisjoli
  • Godin dit Catalogne
  • Godin dit Châtillon
  • Godin dit Lincour
  • Godin dit Préville
  • Godin dit Valcour

 

H

  • Haché dit Gallant
  • Hébert dit Manuel
  • Henry dit Robert
  • Héon

 

J

  • Jeanson

 

L

  • Landry
  • Lanoue
  • Lapierre
  • La Pierre dit La Roche
  • Le Blanc
  • Le Blanc dit Jasmin
  • Léger dit La Rozette
  • Lejeune
  • Le Jeune dit Briard
  • Le Prince

 

M

  • Martin
  • Martin dit Barnabé
  • Mazerolle dit Saint-Louis
  • Melanson dit Laverdure
  • Melanson dit La Ramée
  • Migneau dit Aubin
  • Mius d'Azit
  • Mius d'Entremont de Plemarais
  • Mius d’Entremont de Pobomcoup
  • Morin dit Boucher

 

O

  • Orillon dit Champagne

 

P

  • Pellerin
  • Petitot dit Saint-Seine
  • Petitpas
  • Pitre dit Marc
  • Poirier
  • Préjean dit Le Breton

 

R

  • Raymond
  • Richard
  • Robichaud dit Cadet
  • Robichaud dit Niganne
  • Robichaud dit Prudent
  • Roy

 

S

  • Samson
  • Surette

 

T

  • Terriot
  • Thébeau
  • Thibault
  • Thibodeau
  • Trahan

 

V

  • Vigneau dit Maurice
  • Vincent dit Clément