Bourque

Les Bourque en Beauce : plus de 250 ans de présence!

En 1737, le régime français décide de créer une zone de protection entre le Québec et le Maine, afin d’empêcher les habitants de la Nouvelle-Angleterre d’étendre leurs frontières jusqu’au Saint-Laurent. Les autorités coloniales françaises font donc arpenter la vallée de la Chaudière et nomment la région de la Nouvelle-Beauce, nommée en mémoire de la Beauce, une plaine céréalière de la France.

 

La Beauce est, au départ, une affaire de famille, puisque les trois premières seigneuries régionales sont octroyées à Joseph Fleury de la Gorgendière et à ses deux gendres, Thomas-Jacques Taschereau et François-Pierre Rigaud-Vaudreuil. Par ailleurs, le seigneur de la Gorgendière épousera Nathalie Boudreau, une Acadienne venue se réfugier au Québec avec sa famille, en 1747.

 

Les premiers habitants, des Canadiens français, arrivent peu après 1738 et créent Saint-Joseph, Sainte-Marie et Saint-François-de-Beauce, les premiers villages beaucerons. Les premiers Acadiens arriveront vers 1770, avec parmi eux les familles Bergeron, Boudreault, Cormier, Doucet, Fougère, Lacroix et Thibodeau. Les Bourg, qui deviendront peu à peu Bourque, s’installeront dans l’arrondissement de la Touffe de pin, à Saint-François-de-Beauce, terre d’accueil de cette grande lignée.

 

Les Bourg sont tous issus de la lignée d’Alexandre à Alexandre à François à Antoine Bourg. Antoine Bourg est l’un des premiers colons à s'établir à Port-Royal vers 1636, à l’âge de 27 ans. En 1642, il épouse Antoinette Landry, avec qui il aura 11 enfants, dont Alexandre l’Acadien beauceron.

 

Selon les recherches généalogiques de l’historien Stephen White, Alexandre Bourg a eu 4 enfants : Anne Bourg (épouse de Pierre-Noël Morin), Jean-Baptiste Bourg (époux de Marie-Françoise Morin), François Bourg (époux de Marie-Louise Doyon, puis de Marie-Louise Guyon dit Dion) et Paul Bourg (époux de Marguerite Bernard). Au fil des ans, les Bourque deviendront cultivateurs, menuisiers… Certains deviendront maires, marguilliers et chantres. Bâtisseurs et grands travailleurs, ils forgent la réputation beauceronne!

 

En 1886, une quarantaine de familles acadiennes choisissent aussi cette région prospère et fondent le village de Saint-Théophile-de-Beauce. Il faut dire que, pour elles, c’est la fin d’une longue migration qui les a menées de Havre-Aubert aux îles de la Madeleine, à Natashquan, à Pointe-aux-Esquimaux et dans d’autres petites localités de la Côte-Nord, jusqu’en Beauce.

 

Bien ancrés dans cette riche région québécoise, les Bourque sont de fiers Beaucerons. Nombre d’entre eux ont marqué la vie sociale et politique québécoise, l’exemple étant donné par le notaire et procureur du roi, Alexandre Bourg, né en 1671, à Port Royal, en Nouvelle-Écosse.

Joseph Mathurin Bourg

Un grand missionnaire acadien

La famille Bourg (Bourque) compte parmi les siens un des premiers prêtres acadiens : l’abbé Joseph Mathurin Bourg, prêtre, père spiritain, missionnaire et grand vicaire. Né le 9 juin 1744 à Rivière-aux-Canards, en Nouvelle-Écosse, fils aîné de Michel Bourg et d’Anne Hébert, et petit-fils d’Alexandre Bourg, il meurt à Saint-Laurent, près de Montréal, le 20 août 1797.

 

Le jeune Joseph Mathurin et sa famille sont déportés vers la Virginie, puis en Angleterre, en 1755. Le séjour en terre britannique est éprouvant pour les Acadiens et marque à jamais le jeune Joseph Mathurin.

 

Après le Traité de Paris, les Bourg, tout comme les autres familles acadiennes, sont rapatriés en France. Joseph Mathurin demeure dans un premier temps à Saint-Suliac, puis à Saint-Servan. Sous les auspices de l’abbé l’Isle-Dieu, vicaire général de l’évêque de Québec en France, il étudie la philosophie au séminaire du Saint-Esprit à Paris. Il reçoit la tonsure le 27 mai 1769, et les ordres mineurs, le 9 juin 1770.

 

En 1772, sa troisième année de théologie terminée, Bourg part pour Québec. Le 19 septembre, Mgr Briand l’ordonne prêtre dans la chapelle de l’Hôtel-Dieu de Montréal. L’année suivante, il est envoyé en mission auprès des Acadiens dispersés en Nouvelle-Écosse, qui comprend alors le territoire actuel du Nouveau-Brunswick, et en Gaspésie. Il s’établit à Tracadièche (Carleton). Son premier acte, datant du 3 septembre 1773, est inscrit dans les registres de Bonaventure, en Gaspésie.

 

Dévoué, il officie avec grande dévotion auprès des Acadiens vivant à Tracadièche (Carleton) et dans la baie des Chaleurs. Les missionnaires francophones étaient rares, et les écrits montrent que l’abbé Bourg ne ménage ni temps ni efforts, multipliant les déplacements entre la Nouvelle-Écosse, le Nouveau-Brunswick et la Gaspésie.

 

Grand médiateur, il joue un rôle important entre les blancs et les Micmacs, dont il apprend la langue. Le lieutenant-gouverneur de la Nouvelle-Écosse, Sir Richard Hugues, lui octroie, pour ses efforts de médiation, l'île aux Hérons, située au Nouveau-Brunswick, ainsi que d’autres terres aux environs de Charlo dans la baie des Chaleurs. Trop occupé avec sa mission, l’abbé Bourg ne fait jamais usage de ces dons, et bien qu’elle ait été inscrite sur les registres, l’île a plus tard été donnée à des familles loyalistes.

 

Acadien de naissance, l’abbé Bourg a survécu au Grand Dérangement et a été le premier missionnaire acadien à revenir en Acadie.


 

Patronymes

Notez que cette liste n'inclut pas tous les patronymes des grandes familles acadiennes, mais plutôt les plus fréquents. Pour plus de détails sur ces familles, visitez nos Liens.

A

  • Allain
  • Amirault dit Tourangeaur  (Mireault)
  • Arseneau
  • Aucoin

 

B

  • Babin
  • Babineau dit Deslauriers
  • Barillot
  • Basque
  • Bastarache dit (Le) Basque
  • Belliveau dit Bideau
  • Belliveau dit Blondin
  • Bergeron d'Amboise
  • Bergeron dit Nantes
  • Bernard
  • Bernard
  • Blanchard
  • Boucher
  • Boucher dit Desroches
  • Boudrot
  • Bourg
  • Bourgeois
  • Breau
  • Broussard
  • Brun
  • Bugeaud

 

C

  • Caissy dit Roger
  • Comeau
  • Cormier dit Rossignol
  • Cormier dit Thierry
  • Cyr

 

D

  • Daigre (Daigle)
  • Deveau dit Dauphiné
  • Doucet dit Laverdure
  • Doucet dit Mayard
  • Doucet dit Lirlandois
  • Dugas
  • Duplessis
  • Dupuis

 

F

  • Fontaine dit Beaulieu
  • Forest
  • Fougère

 

G

  • Gallant
  • Garceau dit Boutin
  • Garceau dit Richard
  • Garceau dit Tranchemontagne
  • Gareau
  • Gaudet
  • Gauterot
  • Gauthier dit Bellaire
  • Girouard
  • Godin dit Beauséjour
  • Godin dit Bellefeuille
  • Godin dit Bellefontaine
  • Godin dit Boisjoli
  • Godin dit Catalogne
  • Godin dit Châtillon
  • Godin dit Lincour
  • Godin dit Préville
  • Godin dit Valcour

 

H

  • Haché dit Gallant
  • Hébert dit Manuel
  • Henry dit Robert
  • Héon

 

J

  • Jeanson

 

L

  • Landry
  • Lanoue
  • Lapierre
  • La Pierre dit La Roche
  • Le Blanc
  • Le Blanc dit Jasmin
  • Léger dit La Rozette
  • Lejeune
  • Le Jeune dit Briard
  • Le Prince

 

M

  • Martin
  • Martin dit Barnabé
  • Mazerolle dit Saint-Louis
  • Melanson dit Laverdure
  • Melanson dit La Ramée
  • Migneau dit Aubin
  • Mius d'Azit
  • Mius d'Entremont de Plemarais
  • Mius d’Entremont de Pobomcoup
  • Morin dit Boucher

 

O

  • Orillon dit Champagne

 

P

  • Pellerin
  • Petitot dit Saint-Seine
  • Petitpas
  • Pitre dit Marc
  • Poirier
  • Préjean dit Le Breton

 

R

  • Raymond
  • Richard
  • Robichaud dit Cadet
  • Robichaud dit Niganne
  • Robichaud dit Prudent
  • Roy

 

S

  • Samson
  • Surette

 

T

  • Terriot
  • Thébeau
  • Thibault
  • Thibodeau
  • Trahan

 

V

  • Vigneau dit Maurice
  • Vincent dit Clément