1758 Saint-Grégoire

Cette « P’tite Cadie » a connu trois vagues de migration acadienne. Le premier groupe arrive dès 1758 et est composé de familles réfugiées à Miramichi avec Boishébert. Quand ils arrivent à Québec en bateau, l’abbé Le Guerne les dirige vers la seigneurerie de Bécancour. Ils s’établiront d’abord le long du lac Saint-Paul, avoisinant le hameau de Saint-Grégoire.

 

Le deuxième groupe de réfugiés s’installe en 1764. Ce sont ceux qui, sous la direction de Michel Bergeron, s’établissent à l’emplacement où se trouve actuellement Saint-Grégoire. En 1767, le troisième groupe d’Acadiens à trouver refuge dans cette « P’tite Cadie » est composé d’exilés des colonies américaines, essentiellement le Massachusetts et le Connecticut. Les quatre frères Hébert (Joseph, Jean-Baptiste, Honoré et Étienne), ancêtres du patriote Jean-Baptiste Hébert, de l’écrivaine Anne Hébert, du sculpteur Louis-Philippe Hébert et du sénateur Jacques Hébert sont de ce groupe.

 

Parmi les autres familles acadiennes qui s’établissent à Saint-Grégoire figurent les Béliveau, les Blanchard, les Bourg, les Garceau, les Gaudet, les Vigneau, les Leblanc, les Benoît, les Aucoin, les Cormier, les Richard, les Prince, les Mercier et les Héon.