LES « P’TITES CADIES » : L’ENRACINEMENT DES ACADIENS AU QUÉBEC

Les premiers réfugiés acadiens, arrivés à Québec entre 1755 et 1757, s’installent principalement dans la paroisse de Notre-Dame-de-Québec. Puis ils migrent vers les régions avoisinant la ville de Québec. Ainsi, dès cette époque, on découvre la présence des Acadiens dans les quatre paroisses de l’île d’Orléans et dans celles longeant le Saint-Laurent en amont de Québec, soit Saint-Augustin, Batiscan, Deschambault, Cap-Santé, Champlain, Neuville et Donacona (Jacques-Cartier).

 

Ils s’installeront aussi en face de Québec et fonderont quatre villages surnommés les « P’tites Cadies » : Saint-Gervais-de-Bellechasse. « Cadie » ou « Petite Cadie » désigne une ville ou une région où se sont établis des Acadiens. Cette appellation, bien qu’ancienne, a été popularisée par des historiens comme Raymond Casgrain, Antoine Bernard, Robert Rumilly, Napoléon Bourassa et Eugène Achard. Une trentaine de villes et de régions du Québec peuvent être considérées comme des « P’tites Cadies ».